Lunatique

À l’heure où l’instant naquit
De l’inconscience de la suprême conscience,
Dieu commit l’absurde.

Ainsi lui parla son âme :

Tu viens de permettre l’indicible,
Ô toi faiseur de crime !
Sauve-les de tes mains d’enfant,
Orne-les du plus grand présent !

Dieu répondit :

Ah ! C’est l’espérance !

– Que dis-tu ?
Espérance, masque du déclin !
Veux-tu les abandonner à ce sombre dessein ?

L’écolier s’interrogea.

De quel meurtre vas-tu encore enfanter !
Fuis ta réflexion, emplis-toi de passion !

Dieu ressentit.

Que viens-tu de ressentir ?

Il vécu l’espérance le long d’un destin sans fin
et de son épopée, larmoya une éternité encore,

Avant de faire éclore
la révélation du destin.

De ma vue tant d’aimés se sont égarés,
Sur ma peau tant de larmes sont allées s’écouler,
Que d’âmes en lambeaux sur ce chemin étoilé !

Mes futures portées,
Que vos pas soient légers !

Car de ma profonde volonté,
C’est l’amour qui est né !

Ainsi Dieu devint poète.

3 réflexions sur “Lunatique

    1. Merci pour votre message, il est bien de moi. Mais de tels mots… ! J’attendais un poème mais ce dialogue est venu de lui-même. Merci encore pour votre passage, j’espère vous revoir bientôt ! Ah, et j’irai jeter un coup d’œil chez vous !

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s