Meurs

Meurs à chaque instant,
pour qu’une page s’écrie !
« Porte tes yeux sur l’oubli,
renais sans faux semblants ! »

Meurs à chaque instant,
vois cet arbre, son hauteur,
ayant bravé vents déferlants,
pour t’enseigner la grandeur.

Meurs à chaque instant,
sous ton moi, se cache un roi,
qui se noie d’effroi;
et cueille l’abîme du temps.

Meurs à chaque instant,
sois ton miroir, ton enclume,
pour que ton âme s’allume,
et la Lune, ton amant.

Meurs à chaque instant,
car du sillon qui mène à l’aube,
l’Aurore se dérobe,
vers l’horizon qui jamais ne ment.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s