À Deux

Le jour ne se lève plus, l’Amour est Morte.

À notre vie dérobée ; j’en ai déjà perdu les souvenirs.

Ce lit où tu demeures éternelle, un voile se dépose ;

J’irai sacrifier un monde pour suivre ton ombre.

Notre amour je peins, sur un ciel en poème,

Un jour bohème à la peine inhumaine.

J’ai un secret, il a deux lèvres sucrées.

Eh ! …si tu disparais, prends-moi dans ta valise.

Derniers vers.

Tout à l’heure, j’ai descendu les marches de chez moi ;

Il y avait moins de marches cette fois,

Ne me laisse pas ici, si tu n’y es pas.

2 réflexions sur “À Deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s