#3

Pourquoi philosopher ? Qu’est-ce que philosopher ? C’est !… il me semble : se substituer au grand hasard du monde, s’éjecter hors de la scène pathétique et tragique ; la rebâtir au couchant, puis voir s’égayer au levant, l’ébauche d’un nouvel instant. C’est !… il me semble : signifier, donner un sens — mais non « le » sens ! Et de ceux qui sont mes frères d’âmes, partageront ce sens que nous avons empruntés, mais de toutes les autres singularités qui fleurissent en ce monde ; vous ! — accoucheront d’autres sens ! Sachez qu’il y a autant de voies et de sens que d’êtres, et que chacun est artiste et pinceau et tableau à la fois ! Par combien de voies pouvons-nous devenir ? N’est-ce pas une infinité ? De tous les siècles, le changement fut congédié, nous voulions nous ancrer, fonder l’immuable, imposer l’unicité ; chimères et nausées. Désormais, le sens s’est égaré, à trop aimer la vérité, à trop croire en la valeur de la vérité ! Et savaient-ils que la vérité n’a pas le visage espéré ? Que le vrai, doit s’incarner ? Que c’est l’authenticité, et non la vaine vérité, qu’il faut déterrer ? Nous essayer à devenir ; voilà ce que le philosophe doit dire ! Cultiver les expériences , rencontrer des contrées inespérées, découvrir au coin d’une rue un étranger, et échanger avec ce miroir inné l’espérance nouvelle, celle de devenir un dieu parmi les dieux ; car voilà ce qu’est l’homme, — Un Dieu en devenir !, car toujours il veut la Création ! Mais cet homme, que n’a-t-il pas encore créé ?… Tant ! Apeuré par le caractère changeant du monde, laissant l’histoire le malmener ; la frénésie du mouvement, dont il est l’invétéré sujet, alors que des doigts innocents de sa pensée jaillit l’éternelle félicité ; — Créez ! soyez pour votre prochain un havre d’inspiration, la vérité doit renaître à chaque instant en vos royaumes, « bâtisseurs de mondes » ! ; — Signifiez ! donnez sens aux choses et à votre terre, une odeur qui chaque jour diffère d’hier ; une saveur inimaginée jusqu’alors ! redonnez-lui un visage et une naissance, car ce monde vieillit, car on ne le laisse pas renaître ! Redonnez-lui son chant divin, car maintenant il veut fleurir et valser en vous ; — Vivez de la création, vivez en créateur ! Entendez-moi, vous êtes des Dieux !

2 réflexions sur “#3

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s