Dialogue

Toi, philosophe, tu fais état de l’instant,
Mais plonge ta tête dans le temps !

Tu y verras ce silence,
Tu y verras ces mots,

Qui en toi

résonnent…

Comme une goutte dans un désert.

« – Mais quoi, un atome peut-il en connaître un autre ?! »

« Que sais-je, que des mots ! »

Et tu contiens ta douleur,
La relâche, devenant oeuvre de paix.

« – Mais tu sais, de mes brefs souvenirs,
J’entrevois celui qui m’élève hors de ma conscience,
Et mon visage s’étire, je souris,
Car hors de moi ils s’épanchent »,

« – Quelle est la logique du monde ! »

Tu me demandes !
Meurs de ton silence !
Meurs de tes mots !


« Increscunt animi, virescit volnere virtus. »

—De la blessure grandissent les âmes et fleurit la vertu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s