Vérité vanité

Pourquoi suis-je enclin à signifier le monde ?
Pourquoi ma raison dicte son ignorance profonde ?
Que suis-je en droit d’espérer ?

Une brève certitude plane, l’impossible compréhension,
Mouvoir le milieu, c’est là notre seule mission ;
Labourer un champ, notre seule raison,
Mais comprendre, là est notre seule prison !

Que convient-il d’espérer !
Si dés l’aurore,
À la première idée si peu éclairée,
Nous eûmes l’avenir si peu destiné,
D’une plume à l’égard d’un roseau,
Pensions-nous, que d’aussi sombres rivages
Viendraient nous embaumer d’un sommeil sauvage,
Aux abords d’une nuit où tout passe,
Aux espoirs d’un soir où défile l’espace

Sous nos pas tout passe,
Par-delà le sentier à rebours,
Et l’œil sain du prochain,
Sans craintes et sans soupirs,
Ô Mensonges,
Majestueuses sont vos vérités !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s