Vas-y, poétise !

110339677_o
La jeunesse de Bacchus, les bacchanales © William-Adolphe Bouguereau

 

De bars en bars serpentent les satires,
Dithyrambes, danseurs et fous immaculés,
Sur les routes en liberté se sont délivrées ;
Les saveurs des alcools et des fumées.

Au Cœur des villes grondent et frissonnent,
Sonnent les oreilles de musiques déchaînées.

Dans l’ombre psychédélique des sachets alambiqués,
Firent résonner et valser les esprits endiablés.

Et quand viennent les chats de la nuit,
Les regards visqueux des ivrognes mornes et nerveux,
S’entrecroisent et se défient pour la viande ;

Les femmes de leurs songes —
Les anges et leurs louanges
Dessinent le bonheur en leurs âmes meurtries !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s