Monde

Dans les Temps Anciens la Terre fut ronde,
Un bond — loin, vers la Renaissance, l’héliocentrisme !
Victime de voyeurisme… à lunette lubrique ;
Jupiter et ses satellites, à l’allure profonde…
Une myriade de prédictions, voici Neptune !
Pluton la suit d’un siècle…
L’Âge contemporain, voici les images qui défilent !
On en découvre la Beauté des voisines…
L’ardeur de leurs courbes et rondeurs.
Hors du commun, ces objets volants
Au-delà du Soleil — gravitent en rondes ;
Comme liées par le destin, un même dessein.
Les boules de gaz vont à la dérive, accompagnées,
Des rayons sur les prairies ;
Et l’on voit se dessiner des couleurs vives !
Au feu les scientifiques ! ils ont osés ces fous…
Pour qui Dieu est l’Unique scientifique, le savant fou !
Hérétique ! — hérésie !… qu’il répond, sans trembler ;
Dans un murmure stellaire, en comète…
L’idée fait son chemin.
Ce joli petit pois bleu était la Terre.
Je me sentis petit, tout petit.

m16
Nébuleuse d’Orion

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s