Résurlation

Comme un air de révélation,
Angoissante résurrection glisse en sillon —
On lit sur son visage une peur sans fin.

Entre moi et le sol,
Mon crâne brisé ; sur une note importante,
M’est apparu comme une cuillère tombée
Sur un parquet. La mort n’est rien. À tel point,
Qu’ouvrir une portière vaut un suicide ;
Que vivre l’amour vaut une pierre ayant
Bougée d’un centimètre… Paroles étranges !
On pourrait se le dire ainsi, pensez-vous ?

— La neutralité des phénomènes,
La valorisation des peines humaines.

La première, c’est la stricte réalité,
La seconde, c’est la réalité maquillée.

Antagonismes sacrés, cultivés et glosés,
Qui se dérobent, obnubilés d’ersatz poétiques,
Sifflent en cœur les serpents sans vérités.

Devrais-je laisser Tel Quel ce petit monument ?
Que serais-je ? passé la moitié du verre…

Toujours vivant ? J’en doute !
Sûrement mort et connu… des vers !

Fugace comme une comète je vocalise :
Deux sonorités : mensonge et vérité.

Je me fantasme sur une contredanse :
« Le roi des hommes pour l’éternité. »

Désordre ou Grande Santé,
Mémoires et savoirs,
Autodafés !

On m’attend.
On entend des coups de fusil :
« J’ai troué l’Espérance.
On trouve le mensonge plus convaincant. »

Nymphes… si belles ! me garde,
De tuer l’Éternel par mégarde ;
Limbes je viens… sans garde.

Inerte,
Sur son néant sans forme et sans fond.

Figé,
Comme une goutte en suspension.

Quand quelqu’un meurt, on boit son café :
— Tranquille. Comme d’habitude on chasse
La Tranquillitude !

« Souviens-toi l’amour que tu éprouvais !…
Pourrait te servir en affaires. Pour le pouvoir.
— J’aime, je tue. »

Prose stylistique intérêt christique,
Un prophète ou un autre… Tous éludés !
Sournoisement veut ma peau, car l’hiver,
Mendiant et bourreau se fait chair !

Miséricordieux ! Je vous ai
Sur la pointe de ma lance…
Où s’implanteront des douleurs par infinité !

Si vous survivez !
Bienvenue dans le réel.
Prenez place au banquet éternel.
Où les grands hommes boivent la vérité.

Je vous acclame et proclame :
« Vous êtes le Monde. »

Ils entendent ces paroles
Se retournent
Un tintement du talon
Vers l’horizon
Partent en silence
Sans mot-bruit
Un sourire large
S’élève contre le Ciel
Brise
Sa suprême caricature
D’un coup
D’un doigt
D’un renouveau
Une Résurlation

fotow
Art of the Redemption 3:Josef Žáček, Resurrection

3 réflexions sur “Résurlation

  1. Merci, ce n’est pas tout jeune non plus, Monsieur Boyarsky… tout en douceur, alors que Vyssotski semble plus dans la rébellion (peut-être dû à son mariage à l’ouest ?), deux parcours différents : celui qui reste attaché à son arbre et celui qui va voir si l’herbe est plus verte ailleurs, mais qui a raison ?
    Curieusement j’étais virtuellement dans les Carpates il y a peu, je faisais des recherches sur un film des années 60 de Sergueï Y Paradjanov, pour avoir un aperçu ethnographique des anciennes minorités ruthènes.
    La dernière pour la route…

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s