CHAPITRE QUATRE

L’Escargot blanc

***

 

Alors que Zarathoustra se déhanchait de ruelles en carrefours, aucun homme n’apparaissait. Un pas après l’autre il repassait au peigne fin les réminiscences qui revenaient l’une après l’autre. Soudain, l’un de ses pieds heurta une petite coquille avec à l’intérieur un drôle de sage.
« Zarathoustra, fais un peu attention ! Tu allais vraiment m’écraser de tout ton poids, de tout ton tragique poids de mensonges et de poésies ratées ?
– Escargot, je m’en excuse ! Mes pas sont lourds mais mon poids est d’une légèreté sans pareille je te l’assure ! Zarathoustra manqua de tomber par trop d’assurance…
– Cesse cette tonalité excessive ! Ton zèle n’est plus celui d’autrefois et ma coquille n’est plus aussi vide qu’auparavant. Je ne suis plus l’admirateur d’antan à goûter tes paroles d’illuminé. Désormais je suis le gardien de ce monde que tu as délaissé par ton sommeil.
Les hommes s’acharnent à se dévorer l’âme avec plus de férocité qu’une louve protège ses portées. Tu croyais en l’Homme mais les hommes fermèrent leurs oreilles à tes odes, tes louanges et tes chants désespérés. Tu te prenais pour cygne alors que tu étais truie, grommelant de faubourgs en scènes toutes plus idiotes que les précédentes. Tu es un Idiot Zarathoustra ! »
Sur ces mots, Zarathoustra se souvint de ses aventures passées, une larme collée à l’œil. Son regard dévisageait l’horizon et celui derrière son ombre l’effrayait. L’adulte qu’il était devenu encaissait les séquelles de sa jeunesse.
Zarathoustra n’est plus une fleur éclatante mais les ruines d’une écorce délaissée. Son cœur battait à mesure que l’Escargot albinos twistait dans sa coquille ; oubliant sa peine aussitôt.
« Vas-tu rester nu indéfiniment, apprenti prophète ? Par décence, trouve-toi une coquille et ne me gâche pas la vue avec tes grands pieds ! »
Troublé, il se vit nu dans une flaque d’eau.
« – Mes excuses, je n’ai pas d’habits hivernaux. »
Sur ces mots, il prit la fuite à la recherche d’habits nouveaux.

 

 

CHAPITRE CINQ

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s