CHAPITRE SIX

Ô Volonté créatrice !

***

 

Alors que Zarathoustra marchait avec ses nouvelles bottes, blessé dans sa cadence par l’épaisseur des semelles il avançait vers l’inconnu ; vers la compagnie des humains, des rats hideux et odieux.
« Un bel autodafé empêchera l’émulation d’une guerre entre nous autres. Même les plus grands philosophes — Pangloss inclut, manquaient de probité à s’avancer sur le terrain du relationnel.
De ce monde voit se dérouler un instant accompli, débordant d’enseignement. « De la blessure grandissent les âmes et fleurit la vertu », qu’il disait… « Quand vous voulez dire du bien de vous : flattez vos flatteries ! »
« Soyez mauvais ou bons qu’importe ! L’action doit être pensée comme pensée de l’action. Spectateurs eux-mêmes de leurs propres vies, la caméra de leur séjour « ici-bas » n’est que le pâle reflet d’une ombre desséchée. On sent l’hiver arriver à vive allure.
L’Optimisme sacré des Anciens prônaient une confiance radicalement juste envers l’Avenir. Le Devenir cyclique auquel nous ne sommes que trop bien enchaînés et, libérés par le mouvement ; projetés dans cet espace et ce temps afin d’accomplir sa Métaphysique d’artiste. »
« Voici voici ! l’homo creator. »
Ainsi parle à son âme le Destin : « Puise ta force dans la présence de ton voisin et redonne lui au centième ! Par sa main jaillit l’aurore des espérances benheureuses… »
« Je ne vous enseigne pas le prochain, mais l’ami ! » qu’il se répétait en son antre. « Que l’ami soit pour vous la fête de la terre et le pressentiment de la Grande et seule Vie ! ». Hissez-vous au plus haut que votre Volonté créatrice l’entendera ! et flânez au-dessus des nuages comme un Friedrich sauvage et bon… » [« Ôtez ce voile », dit la vieille à l’Optimiste. Le jeune homme approche, il lève le voile d’une main assurée sans tremblement. La Terre l’en remercie d’un coup de vent lécheur.]
Zarathoustra prenait son chemin à la rigolade, riait du clochard et de l’Escargot en sifflotant pendant des heures, sur une longue route éternisée par le sanglot des âmes qui non loin viennent se heurter aux murs de son crâne idiot.

 

 

CHAPITRE SEPT

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s