CHAPITRE ONZE

     Résonnance dans les limbes arythmétiques.

Nos territoires dans l’abreuvoir de ce lion de laboratoire aux espoirs d’un trou-noir incohérent. Retaper mieux des pensées. Vomir l’oraculeux, comme un trombinoscope toujours synthétique, marchant stroboscope car pouvoir déconstructiviste.

Chocolat au lait nuage dans ses rêves chambre d’une inconnue mes hystéries télégraphiés dans un jeu impromptu.

Le Réceptiviste dormait et ses contacts mentaux continuaient à lui parler :

Incontinence psychédélique d’âme approximée par projection délirofulgurante à télésomatiser d’irresponsabilité famélique j’aurais pris quelque chose de cristal dans l’arbitre d’un piédestal soutenant la statue de mon statut machinal.

À écrire des choses, on en vient à blasphémer la lumière.

Tels auraient étés ses mots Idylle car puissance sans réfléchir effacer mais pourquoi demander l’ordre du cosmos atomisé par osmose avec un collisée défrisé déflorée la Lune et la Mort ténébreuses historicités citées par convexation…

Turbulences de la substance, quelque chose pense.

Je mets un mot épellé par ses exactitudes : dit ! mé… tea, l’trip à mine !

De mon tromblon diffusent « mets : tromblon », doutant malveillant, tes dramaturgies mélolittérairre tautologisent des mécanismes trop durs majuscules. Corpusculaires vérités.

Il me dit de frapper Selectric.

Ses titres pourquoi pas interrogent les gens méchants, mais comment y passer quand le présent fait la banane capotée clope feuille, pansement, j’aurais soigné un délirant qui aurait subtilisé le temps pour l’inconditionnel.

« Tu iras, tu marcheras, tu écriras ».

Annonce le Réceptiviste.

J’écris pour lui car lui pourquoi. C’est un changement philosophique car c’est l’attente d’un microscope de la pensée.

Fulgurance dépassée.

Racine de la suite qui pourquoi jamais n’effrite les choses s’estompent mais pourquoi le temps s’amoindrit de dé-scription annonciation affirmation ?

Je remonte l’étymologie pour en faire un tellurisme sismique lapin blanc cyclique qui aurait résumé en trois mots dits. Cultiver nos matrices est le dialogue du Réceptiviste dont l’intuition se clos et éclos d’une absence supermassive.

Pas mort d’homme, seulement d’une fulgurance.

Fin.

Clop.

Tiiiiiiiing.

« Elle s’est laissée apprivoiser », se dit Rasko, désormais serein.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s