Inconscient heureux

ssssss

      Là, où trônent les égarés, entre une feuille et son envers, un royaume escarpé s’éveille, chaque matin en colère…
      Brisant la prose pour m’y insinuer :
      « Dieu, t’as cru j’allais ramper pour si peu ?
te nommer… c’est déjà trop t’accorder; l’idiotie est pardonnée. »
   Un long silence dégouline de jalousie.
      Je suis un gladiateur futuriste.
   Qu’on me laisse me battre pour la terre; — tuer les intrigues céleste et leurs désastres !… L’horloge recule, quand tu sais la déterrer du regard.
      Je suis un linceul pensant, traîné en lambeaux.
   À l’infini écoutent nos pas; les labyrinthes flux et refluent, le buisson de la vérité ne me consume plus.
      On se colle un espoir incessant et continu, pour charmer la mort lors d’une entrevue; j’irai me promener sur son dos, y coudre quelques plumes.
   Voici elle s’envole, loin de mes rivages !
      Synesthète ! Tu as raison; — persévère tes mélanges, car au dernier crépuscule bâillant, tu sauras taire la crise définitive…
      Avalant l’Or dissimulé, le réel persiste à m’éventrer; Orgueil ! livre-moi l’art de faire briller un œil !
   Sonorité enneigée d’une jalouse félicité.
      Le cœur n’est qu’un organe; l’esprit un fantasme, l’âme une hérésie. Je revis !
Des questions, moins j’en suppose mieux je me sauve.
      Qu’on tolère mon bonheur…
            J’ose abandonner ma liberté !
      Les portes royales de l’aperception, je dévisage.
            Louanges posthumes, me survivront.

2 réflexions sur “Inconscient heureux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s