L’acte d’écrire

      J’ose me faire frère des écrivains, reconnaître que j’en suis un.
L’on peut, en n’importe quel contexte ou moment, composer un écrit.
   On a posé une valeur en la vie littéraire à côté de celle philosophique.             Comme la parole sérieuse d’un Proust : « La vie véritablement vécue, c’est la littérature », résonne encore mieux depuis.
      Je demeure philosophe, ou quelque chose qui s’en approche, éprouvant des regrets à faire d’eux mes frères, car il y en a peu en vérité.
   Seulement un, avec qui je partage l’expérience de la vie, qu’elle soit littéraire ou philosophique, avec ses nuances heureuses.
   Pour basculer totalement, il y a ces personnages, mes personnages :
      Toxic, Zarathoustra et Rasko m’appartiennent; mais ils possèdent ma liberté. Sans eux, ma vie perdrait en valeurs, donc en sens, je ne veux et ne peux les abandonner. Sans eux, je serais bien pauvre.
         Peut-être devrais-je préciser que c’est mon Zarathoustra.
      Rasko a mes fantasmes, Toxic est mon rêve; avoir une fille qui lui ressemble, forte, ingénieuse et rêveuse.
   Quand on écrit, on cherche.
      Parfois, sur une virgule ou dans les interstices :
            « Tu m’as trouvé, l’important c’est de me perdre. »
   On ne connaîtra jamais véritablement un écrivain.
      Son inspiration est fourbe, immaculée. Elle lui vient non l’inverse, car chercher ce n’est pas trouver.
      Ma volonté procède parfois derrière ma main, sans que je ne puisse l’en empêcher; comme dans un état d’inconscience.
   Je veux le redire, l’écrivain peut écrire en tout contexte, en tout moment, car il a toujours un propos à l’esprit.
      Quoi que le réel lui dise, il l’aperçoit sans mentir de perceptions.
   Par sa profondeur il déterre une interprétation, pour que toujours s’étonnent les hommes de savoir que l’on peut voir le réel d’autres yeux.
      Dans un bar, on m’a glissé: « Vas-y, poétise ! »
   Ma timidité l’a emporté, je doute qu’on puisse dire certains mots.

7 réflexions sur “L’acte d’écrire

      1. La petite fille que j’étais n’aurait pas hésité. Mais je comprends les réserves d’un adulte, si nous bloguons, c’est bien en partie à cause de cela, n’est-ce pas ? Je pensais à une conversation privée, pas un élan public, mais peut-être est-ce encore plus difficile finalement…

        Aimé par 1 personne

      2. La poésie est bizarre aujourd’hui, elle n’est plus considérée. La voix du poète importe peu, tout comme ses mots ne feront jamais bouger une pierre. Mais si on le lit, c’est des montagnes qu’on ferait tomber.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s